Attendre le meilleur de l’enfant

Si nous attendons et croyons que l’enfant réussira bien, alors c’est souvent ce qui se réalisera pour lui. En effet, nos convictions et croyances se répercutent sur l’enfant qui très souvent ressent ce que l’on projette sur lui (tant le positif que le négatif).

Petite parenthèse, certains enfants et notamment les enfants psychotiques ressentent et perçoivent souvent des éléments divers nous concernant dont nous n’avons même pas conscience. Un exemple assez frappant que j’ai vécu est celle d’une élève psychotique qui a perçu très tôt que l’une de mes collègues était enceinte en lui posant la question si elle avait un enfant dans son ventre, alors qu’on ne voyait encore rien de la grossesse! Plutôt surprenant, n’est-ce pas?

Il est donc essentiel d’être bienveillant envers l’enfant afin qu’il puisse construire une image de soi qui corresponde à cette croyance. Si nous n’attendons rien de spécial de l’enfant alors il y a de très fortes chances qu’il deviendra paresseux et cela confirmera nos attentes à leur égard (le cycle vers l’échec commence). Si, d’autre part, nous attendons de l’enfant qu’il réussise, qu’il soit productif, créatif, responsable et que nous sommes profondément et honnêtement convaincu que c’est vrai, alors l’enfant ne pourra pas s’empêcher de saisir l’occasion de confirmer nos attentes à leur égard au travers d’actions positives. Il s’agit donc d’exiger rien d’autre que le meilleur de l’enfant et il faut s’attendre à ce qu’il réponde à nos attentes.

Le fait de féliciter l’enfant souvent quand il effectue une bonne action ou lorsqu’il accomplit une nouvelle tâche est essentiel. Établir des règles simples, claires et cohérentes pour qu’il sache exactement ce qui est attendu et les conséquences de la mauvaise conduite lorsqu’il enfreind les règles. Maintenir autant que possible une routine quotidienne cohérente et s’assurer qu’il dispose de beaucoup de temps pour pratiquer du sport ou pour jouer et socialiser avec ses amis. L’encourager à apprendre à effectuer les choix appropriés et l’encourager à s’autonomiser. Il s’agit également de permettre à l’enfant de parler de ses sentiments forts car cela l’aide à évacuer sa colère et sa frustration (cf. article déjà paru sur l’écoute active).

Il est important d’être un modèle pour l’enfant, cela est vraiment essentiel pour son développement harmonieux. Il s’agit de faire des choix appropriés et d’être ferme tout en étant juste pour discipliner l’enfant. S’assurer de passer beaucoup de temps de qualité avec votre enfant et l’encourager à participer à des activités qui favorisent la coopération et un sentiment d’accomplissement se révèle très bénéfique pour le développement de sa maturité psycho-affective. Si vous avez de grandes attentes à l’égard de votre enfant, vous serez pleinement satisfait lorsqu’il sera plus grand.

Si vous souhaitez en savoir davantage, je vous conseille la lecture suivante qui traite de l’influence du comportement parental sur la réussite de votre enfant :

– Develay, Michel (1998). Parents, comment aider votre enfant ? Paris, ESF.

La socialisation de l’enfant

Essayer d’apprendre à l’enfant à ne pas interrompre une personne parler peut parfois se réveler frustrant pour lui.

Leur dire qu’il y a un moment pour interrompre (en cas d’incendie) et un temps pour ne pas interrompre (l’ennui) ne suffisent pas. Mais mettre ces principes en pratique est plus facile à dire qu’à faire, surtout pour un enfant très bavard ou hyperactif. C’est pourquoi il est essentiel d’apprendre à l’enfant d’attendre son tour pour parler.
Pour cela, définir une attente raisonnable. L’enfant d’âge scolaire peine à retenir ses pensées plus de quelques minutes. Indiquez-lui qu’on l’écoutera dans quelques instants, qu’on ne l’a pas oublié et rester fidèle à notre parole est important. Le fait de le verbaliser lui permet de ne pas se sentir « abandonné » par l’adulte.

Donner des idées d’occupation à l’enfant lorsque l’on est indisponible. Lui mettre à disposition par exemple une boîte pleine de puzzles, de crayons, de marqueurs de couleur ou d’autres jouets tranquilles près de lui et qu’il ne peut utiliser que lorsque l’adulte est occupé. Mettre à sa disposition des collations et des boissons qu’il peut prendre lui-même afin qu’il n’ait pas besoin d’interrompre l’adulte.

Si l’adulte a besoin de faire un appel important, le signifier avant à l’enfant et estimer combien de temps cela prendra environ. Lui demander s’il a besoin de quoi que ce soit avant de faire l’appel. Ensuite, faire de son mieux pour respecter ce délai. Revenir jeter un œil au bout du temps imparti si l’appel n’est pas terminé pour lui dire que l’appel sera plus long que prévu et voir s’il a besoin de quelque chose avant de poursuivre ce dernier.

La lecture est un excellent outil pour enseigner la politesse par exemple. Trouver plusieurs livres sur le sujet, puis les lire ensemble. Discuter ensuite de ce que votre enfant a appris de l’histoire et comment il va gérer une situation similaire la prochaine fois que cela se produit.

Et comme toujours, l’enfant apprend ce qu’il vit. Il est très peu probable qu’il apprenne à ne pas interrompre s’il entend l’adulte, ses frères et sœurs constamment interrompre l’autre. Les actions de l’adulte, les vôtres ont une forte influence sur votre enfant. Un bon exemple pour l’enfant est donc d’attendre la permission de parler (dans tous les cas lorsqu’un adulte parle avec d’autres adultes) et présenter des excuses lorsqu’il l’interrompt par inadvertance et inversément. Cela lui aide également à tenir compte des autres personnes et à se décentrer de soi (ce sont des habiletés sociales mais également une nécessité pour apprendre, notamment en milieu scolaire).

La bonne nouvelle c’est qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre les tours de parole :). Jouer au ballon ou à des jeux où chacun joue à son tour prépare déjà l’enfant à comprendre les bases de la conversation. Voici ci-dessous quelques activités sympas pour favoriser l’écoute :

– Jeu de « quand je vais au marché, je mets dans mon petit panier… ». Répéter la phrase et nommer un objet à choix à mettre dans le panier. Chaque joueur répète la phrase et reprend le ou les objets de son (ses) camarades avant lui et ajoute un autre objet de son choix et ainsi de suite pour le camarade suivant.

– Ecoute d’une comptine et répéter les paroles avec l’enfant en les commentant.