Comment donner à l’enfant envie d’obéir ?

Lorsque les enfants font des bêtises, ils cherchent à attirer l’attention sur eux ou à entrer dans un jeu d’affrontement avec l’adulte très souvent.

Il s’agit alors déjà de supprimer dans la mesure du possible les tentations et de ne pas intervenir immédiatement (pour les choses qui ne mettent bien entendu pas l’enfant en danger). Lorsqu’un enfant de 18 mois fait tomber une pile de livres à son grand frère ou lui déchire un dessin par exemple, au lieu de réagir immédiatement en montrer sa désaprobation, mais simplement demander à l’enfant de ramasser et de réparer sa bêtise et s’il ne le fait pas, ne plus lui accorder de l’attention.

L’enfant sera ainsi contraint d’abandonner puisque l’adulte ne rentrera plus dans son jeu d’affrontement. Pire, il n’aura plus d’attention qui lui sera momentanément accordée. Cela mettra un peu de temps pour que l’enfant change son comportement et comprenne cela.

Lorsqu’un enfant fait une succession de bêtises, il s’agit d’évoquer ses progrès et ses bons comportements afin qu’il sente qu’on apprécie particulièrement ces derniers chez lui.

Si l’enfant part en courant, il ne faut surtout pas lui courir après s’il refuse une des demandes de l’adulte (car cela l’amusera et il le reproduira alors ;). Une fois qu’il s’arrête, le prendre par la main, nous baisser et le regarder droit dans les yeux et renouveller la demande.

S’il crie, il est préférable que l’adulte s’arrête de parler et garde un visage neutre en attendant que l’enfant se calme. Il s’agira ensuite de renouveller la demande à l’identique lorsqu’il se sera calmé.

Lors des demandes de l’enfant, il s’agit également de lui apprendre à tolérer des délais, c’est-à-dire de ne pas habituer l’enfant à venir tout de suite lorsqu’il le demande mais à le faire patienter un peu en lui expliquant qu’on est occupé et que l’on viendra dès que l’on aura terminé, à condition qu’il ne nous rappelle pas (délais de quelques minutes dans un premier temps pour un enfant de 3 ans par exemple). Puis le féliciter ensuite.

A l’inverse, lorsque l’adulte demande quelque chose à un enfant de 3 ans, par exemple d’arrêter un jeu pour aller faire quelque chose, il doit habituer l’enfant à le faire tout de suite à la première demande et que ça devienne naturel pour lui. Les enfants cernent rapidement votre tolérance et jusqu’à où ils peuvent aller.

Dans un premier temps, pour l’habituer à obéir à la première demande et tout de suite, il s’agit de l’amener à des situations agréables, par exemple quitter un jeu pour aller goûter (mousse au chocolat comme petite suprise dans un 1er temps). L’adulte doit montrer à l’enfant dans son attitude verbale et non verbale qu’il est déterminé et qu’il ne changera pas d’avis.

Comme nous l’avons déjà vu dans l’article « l’encouragement plutôt que l’interdiction », il s’agit d’offrir à l’enfant des choix pour l’aider à obéir. Le faire choisir par exemple ses habits pour le lendemain s’il peine à s’habiller le matin. S’il refuse de s’habiller, lui signifier qu’il est fautif et qu’on va l’accompagner à l’école en pyjama car nous n’avons pas eu non plus le temps de s’habiller. Cela fera réagir l’enfant qui alors s’habillera bien plus vite ! 😉