Comment aider l’enfant de 1 à 3 ans à obéir ?

Ecrivez-nous vos commentaires et partagez vos réflexions, nous vous répondrons.

Quelques points de repères pour l’enfant de :

1 à 2 ans :

L’enfant affirme sa personnalité et essaie de tester son pouvoir sur son monde. Il est immature pour comprendre pourquoi l’adulte le gronde lorsqu’il commet un interdit.

2 à 3 ans :

Lutte pour s’affirmer et devenir davantage indépendant. L’enfant se frustre et se contrarie car il prend conscience de ses limites. Il vit dans l’instant présent. Les consignes et les interdictions n’ont pas encore de sens pour lui.

 

Il s’agira donc davantage d’encourager l’enfant plutôt que de lui interdire les choses. Un enfant de 3 ans qui souhaite s’habiller de manière autonome sans aide de l’adulte devra avoir des habits adaptés (t-shirts, manteau à Velcro, pantalon à élastique), afin qu’il puisse satisfaire son désir d’autonomie. Un enfant qui remplit à ras bord son verre pourra par exemple choisir avec l’adulte un verre décoré de ses personnages favoris. Accepter la consigne de ne le remplir qu’à moitié ensuite sera davantage facile (accepter une toute petite consigne très simple) et le féliciter ensuite.

 

Lorsqu’un enfant s’oppose par exemple pour venir dans la poussette à la sortie du supermarché après avoir effectué des commissions, il s’agit de lui confier une petite responsabilité qui le mettra en valeur et le fera obéir plus facilement. Ici, lui expliquer par exemple qu’il doit être assis dans la poussette afin qu’elle ne bascule pas, il en sera ravi ! 😉

Les crises d’opposition d’un enfant de 2 ans constitue une phase normale de son développement. En ce qui concerne le comportement à adopter, il s’agit d’être bienveillant envers lui et de le contenir, sans se remettre soi-même en question par rapport à ces crises et mettre de la distance entre lui et les parents. Rappeler 2 à 3 fois par jour les règles et le cadre, de manière ferme et claire, sera bénéfique pour l’enfant car cela l’aidera à décider et à assumer ses choix plus tard.

Un enfant de 2 ans faisant un caprice renvoie davantage à un processus d’individualisation qu’à un caprice où il s’agit d’obtenir une satisfaction immédiate de ses désirs.

Lorsque deux enfants se battent pour avoir un jouet ou vont piquer un jouet à un autre enfant, ils le font davantage pour imiter que par égoïsme ou agressivité ou pour l’embêter l’autre enfant. L’imitation est un moyen de communication pour l’enfant de 2 ans.

Lorsque deux enfants se piquent les jouets, leur expliquer le troc et prendre deux de leurs jouets préférés. Chacun joue avec le sien dans un premier temps puis leur faire échanger les jouets après. Les encourager à partager et à échanger des jeux est un excellent apprentissage (pas plus de 10 minutes).

Les féliciter ensuite. Bravo, vous savez très bien partager les jouets pour jouer !

Toujours les féliciter ou les encourager ou les valoriser par des phrases du type :

Julie, si tu lisais un livre à ta sœur ? Tu sais qu’elle adore ça !

Julien, il n’y a que toi qui saches aussi bien faire rire ton petit frère…

Il s’agit également d’apprendre à l’enfant à tolérer des délais et lui transmettre que non, nous ne viendrons pas tout de suite, je finis ce que je suis en train de faire (au début attente de quelques minutes tout au plus), après je vienrai te voir, sauf si tu m’appelles à nouveau. L’enfant apprend à tolérer les délais progressivement. Le féliciter.

Le harcèlement est une difficulté à se détacher du parent. Le gronder signifie pour l’enfant accaparer l’attention de l’adulte pour lui. Donc lui éviter la satisfaction d’être grondé et privilégier la réparation.

Lorsqu’il fait tout tomber, lui demander de tout bien ranger ! Ranger coussins du canapé, faire une belle pile avec les DVD etc.

Lui apprendre l’utilisation de mots sympatiques comme s’il ta plaît, merci, est-ce que tu peux ? et le félicter quand ils sont utilisés.

Lorsqu’un enfant fait une crise de bêtises, ne parler avec lui que de ses progrès, de ses bons comportements, pour qu’il sente que c’est cela qu’on aime chez lui. Face à un mauvais comportement chez un enfant de 2 ans et demi par exemple, les réactions de colère créent chez lui de l’insécurité et de la peur même si l’adulte ressent le besoin de se décharger suite à une situation où l’enfant s’est mis en danger (traverser la route en courant par exemple). Il s’agira plutôt de rejouer la scène avec des personnages en plastiques (concret) afin de l’aider plutôt que de longues explications.

Voir également en complément de cet article celui-ci

Source : L’autorité en douceur. Comment aider son enfant à accepter les règles ? De Madeleine Deny.

2 réflexions au sujet de « Comment aider l’enfant de 1 à 3 ans à obéir ? »

  1. Woah! I’m reаlly loving the template/theme of this websitе.
    It’s simple, уet effective. A lot of times it’s vеry hard
    to get thɑt « perfect balance » between superb usabilіty
    ɑnd appearɑnce. I must say that you’ve done a fantastic joƅ with thiѕ.
    Аdditionally, the bⅼog loads very fast for me on Safari.
    Exceptional Blog!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow !