Le mouvement dans les apprentissages des enfants, quels en sont les effets positifs ? Et les écrans ?

Ecrivez-nous vos commentaires, suggestions et partagez vos réflexions, nous vous répondrons. Partagez-nous également vos témoignages sur la page "Témoignages", puis cliquer sur "Laisser un commentaire". Au plaisir de vous lire.

Inactivité et surpoids des enfants : 

Lorsque nous parlons d’inactivité et de surpoids, cela concerne déjà les enfants en bas âge. « Evidemment, c’est préoccupant, parce qu’on sait à quel point le surpoids est lié à l’instance de maladies chroniques. Quand ça commence aussi tôt dans la vie, ça augmente le risque, malheureusement, que l’embonpoint ou le surpoids soient aussi présents plus tard », explique Fannie Dagenais, nutritionniste.

Les enfants ne réalisent pas assez d’activité physique. A titre indicatif, les enfants âgés de 3 à 4 ans devraient effectuer 3h00 d’activité physique par jour, peu importe l’intensité. Pour les enfants de 5 ans, au minimum 1h00 d’activité physique modérée ou élevée par jour.

Certains enfants passent déjà un nombre d’heures considérables devant les écrans. La télévision plonge notre cerveau et notre corps dans une passivité proche de l’état hypnotique. Les informations regardées viennent donc directement s’inscrire dans notre subconscient.

Les écrans ont une influence négative sur les enfants, qui n’ont pas encore le cerveau assez mature pour filtrer les images qu’ils voient et qu’ils sont incapables de gérer. Il s’agit de limiter le nombres d’heures passées devant les écrans, ce ne sont pas des baby-sitters ;).

Le problème est donc que les écrans deviennent addictif pour les enfants et le temps passé devant les écrans va ainsi de pair avec l’activité physique car ils diminuent le temps dont disposent les enfants pour jouer, se dépenser etc.

Ils sont par ailleurs davantage susceptibles de développer des troubles attentionnels, des troubles du comportement et des troubles du sommeil. Le risque de surpoids est également plus élevée et augmente également de deux tiers le risque d’échec scolaire.

Quelques pistes d’actions réalisables à la maison ou à l’école : 

www.gonoodle.com, un site américain que beaucoup d’enseignants utilisent désormais aux Etats-Unis afin de rendre leurs cours plus dynamiques !

www.hoptoys.fr, un site français qui propose du matériel, du mobilier adapté aux enfants à besoin éducatifs particuliers ainsi qu’à ceux qui ont besoin de renforcer leur système vestibulaire et bien plus encore !

www.ecolebouge.ch, un site suisse qui a comme but de promouvoir le mouvement, tant à l’école que en dehors.

Les pauses en mouvement permettent d’introduire un rythme qui favorise l’apprentissage.

A titre indicatif, le temps de concentration chez l’enfant est de :

– 15 minutes chez les 5-7ans.

– 20 minutes chez les 7-10 ans.

– 25 minutes chez les 10-12 ans.

– 30 minutes chez les 12-16 ans.

Au regard de ces temps d’attention, il s’agit d’introduire des exercices qui permettent de se recentrer (ex. mouvement nez oreille). Leur apprendre à jongler en leur mettant à disposition 2 balles pour qu’ils puissent s’entraîner.

L’activité physique induit, à partir d’un seuil de charge d’env. 15 W (marche), une augmentation de l’irrigation du cerveau d’environ 30 %.

L’école en mouvement aide à la confiance en soi des élèves. Ils ont l’impression d’être des acteurs importants et d’assumer une part de responsabilité dans la vie de l’école. L’objectif est de promouvoir une activité physique quotidienne.

Mais comment intégrer le mouvement pour que cela ne surcharge pas l’enseignant ou les parents ?

– Instaurer au moins 20 minutes d’activité physique par jour.

– Pendant un trimestre au moins

– En plus des leçons d’éducation physique obligatoire.

Exercices sous la conduite de l’enseignant ou de coachs sportifs.

Il est également judicieux de mettre à disposition des cordes à sauter dans le préau car cela leur permet de renforcer leurs os ou leur proposer du footbag à la récréation.

L’école peut contribuer à ce que les individus mènent une vie saine, mais elle ne peut rien faire contre les conditions de vie malsaines ! Le sport n’est pas une religion de substitution!

Instaurer durant les moments de récréation du mouvement au travers d’activités où l’enfant est en mouvement car l’apprentissage est meilleur lorsque l’enfant apprend en bougeant, il assimile mieux les connaissances. Le système nerveux bénéficie ainsi de l’activité lorsque nous bougeons.

Il existe une différence entre l’âge chronologique et l’âge neurologique de l’enfant. Il va falloir aider l’enfant à maturer à l’aide du mouvement.

La posture et le tonus musculaire sont également importants : Certains enfants sont voutés et ils n’ont pas une construction musculaire suffisante.

S’ils n’ont pas assez d’équilibre, il leur sera davantage difficile de tenir facilement assis. Une partie de l’attention pour rester assis sera prise et l’enfant accordera moins d’attention au cours. De même, s’ils n’ont pas assez de tonus, ils auront davantage de difficulté à rester assis tranquillement sur une chaise. Cela leur demandera un gros effort que leur cerveau va devoir gérer, et ils seront donc moins attentifs, souligne Françoise Stabler, consultante en éducation à Genève.

Pour maintenir l’attention, il est également important donc de maintenir les enfants en mouvement et de les faire bouger.

Il est également bénéfique de renforcer les points suivants chez les enfants afin qu’ils puissent être davantage attentifs :

  • leur tonus musculaire
  • leur posture
  • leur tenue de leur tête
  • leur support à la vision
  • leur renforcement du système vestibulaire

Voici ci-dessous une vidéo intéressante de l’école en plein air.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow !