Comment stimuler une saine estime de soi de mon enfant ?

L’estime de soi de votre enfant est leur fondation mentale. Un enfant sûr de soi est confiant, sûr, heureux, équilibré et atteint plus facilement le succès. Il peut notamment résoudre les problèmes qui se présentent à lui et il se développe grâce à vous qui êtes bienveillants envers lui.

Mais voyons à présent quelles sont les bonnes manières pour construire une saine estime de soi de votre enfant:

Le plus important est d’accepter votre enfant pour qui il est et de l’aider à faire de même. Enseigner à votre enfant que personne n’est parfait et que tout le monde fait des erreurs. Se référer à l’article « savoir tirer parti de ses erreurs et de ses réussites » qui a été publié le 17 juillet 2014. Vous découvrirez comment l’aider pour qu’il change peu à peu d’état d’esprit et qu’il ne voit plus l’erreur comme une source de frustration.

Les enfants qui ont construit une forte estime de soi sont en mesure de mieux tirer parti de leurs erreurs et de les appliquer lors de prochaines occasions. Au contraire, les enfants ayant une faible estime de soi deviennent frustrés et ont recours à des comportements où ils se dévaluent, du type «je suis stupide», « je suis nul » et promettent de «ne jamais essayer encore une fois ». Se référer à l’article « comment construire ou reconstruire l’estime de soi de votre enfant » qui a été publié le 1er mai 2014. Vous y apprendrez comment l’aider à prendre ou reprendre confiance en lui.

Aider votre enfant à découvrir ses capacités et ses talents et encouragez les exutoires afin qu’il puisse se construire et s’améliorer. Félicitez votre enfant non seulement pour des améliorations dans ses capacités et ses compétences, mais également pour les traits qu’il possède naturellement.

Il s’agit d’encourager l’enfant à faire des choix positifs et d’ouvrir un dialogue honnête avec lui. Les enfants qui apprennent à faire des choix quand ils sont plus jeunes sont bien préparés pour les choix plus difficiles qu’ils ont à faire lorsqu’ ils sont plus âgés.

Assurez-vous que vous passez beaucoup de temps de qualité avec votre enfant, au moins une fois par semaine. Lors des commissions par exemple, prendre le temps de parler et de rester en contact avec lui. Lorsqu’une semaine trépidante s’annonce, mettre à profit le temps passé lors d’un trajet en voiture ou lorsqu’il vous aide à ranger les commissions par exemple pour discuter avec lui. Se référer à l’article « la protection du bien-être émotionnel de l’enfant » qui a été publié le 25 septembre 2014. Vous découvrirez notamment la période la phase à laquelle votre enfant se développe le plus rapidement et les raisons de la nécessité de s’assurer que les besoins affectifs de votre enfant soient assouvis.

Si vous souhaitez en savoir davantage, je vous conseille également la lecture suivante qui traite de l’influence du comportement parental sur la réussite de votre enfant :

– Develay, Michel (1998). Parents, comment aider votre enfant ? Paris, ESF.

La protection du bien-être émotionnel de l’enfant

De nos jours, les parents sont très souvent obligés de travailler à deux. L’effort déployé pour combiner au mieux la vie familiale et la vie professionnelle peut souvent amener à négliger une facette importante de la vie de votre enfant : son bien-être émotionnel. Les trois premières années de sa vie constitue un moment critique. Durant les trois premières années, l’enfant a besoin de routine et de sécurité et des changements peuvent être vécus comme déstabilisants et traumatisants pour lui. Il est impératif que les parents, les éducateurs, les adultes impliqués et les prestataires de soins fassent un effort commun et concerté pour s’assurer que les besoins affectifs de l’enfant soient respectés sur une base quotidienne, tout comme leurs besoins physiques le sont. Les effets de la non prise en compte des besoins affectifs de l’enfant, en particulier au cours des trois premières années de sa vie, peuvent avoir des conséquences dévastatrices comme nous l’avons déjà souligné. Des comportements violents, perturbateurs ou provocateurs peuvent alors en résulter.

Durant ces trois premières de la vie, la liaison et la séparation émotionnelle ont lieu chez l’enfant. Si des interruptions ont lieu dans l’un de ces processus, les mauvais comportements de l’enfant auront de fortes chances de se développer. Ils peuvent avoir ensuite une incidence non négligeable sur les relations qu’ils entretiendront plus tard dans la vie et les empêcher de développer des relations saines avec les camarades ou les adultes.

D’autre part, durant ces trois premières années de vie, le cerveau passe par son développement le plus rapide. Une fois atteint l’âge de 3 ans, le cerveau d’un enfant est déjà conditionné par l’expérience qu’ils ont eu jusque là. Incroyable, n’est-ce pas ? 🙂 C’est dire l’importance pour que ces expériences soient positives, de sorte que le cerveau soit conditionné à n’attendre que les choses positives. Si les expériences ont été effrayantes, blessantes, abusives ou dangereuses, alors le cerveau sera conditionné à n’attendre que les événements négatifs.

Par conséquent, il est essentiel que les parents, les soignants et les autres adultes concernés fassent un effort concerté pour s’assurer que les besoins affectifs de l’enfant soient assouvis d’une manière positive, constructive et saine. Les parents doivent s’assurer que la personne qui a la charge de garder l’enfant soit stable et cohérente. En effet, changer de personne déstabiliserait l’enfant durant cette fragile phase. Il est ainsi essentiel de s’assurer que l’enfant se sente en toute sécurité avec des routines structurées et cohérentes. S’assurer également de passer le plus de temps de qualité avec votre enfant à cette époque, quel que soit votre mode de vie. Un enfant peut sentir que ce calendrier est stressant pour vous et il peut devenir un élément effrayant ou de confusion pour eux. Par conséquent, il est important de prendre le temps de les rassurer que vous n’êtes jamais trop occupé et prendre le temps de s’occuper d’eux.

Se rappeler que le bien-être émotionnel de l’enfant est tout aussi important que son développement physique et faire en sorte de s’assurer que votre enfant grandisse dans un environnement sécurisant et qu’il soit aimé. Toutefois, le lien parental ne se résume pas seulement à l’amour ou à l’éducation que l’enfant reçoit. Le lien de filiation (généalogie claire) est également très important pour l’enfant car il a besoin de savoir d’où il vient. C’est en se différençiant que l’enfant se construit et qu’il va pouvoir progressivement se positionner comme un individu.