Le succès des communications bidirectionnelles avec votre enfant

L’un des défis les plus frustrants auxquels les parents sont confrontés est de communiquer efficacement avec leur enfant. Malgré les efforts pour ouvrir une communication bidirectionnelle et honnête de communication avec lui, nous devenons frustrés quand il semble que leur attention n’est pas uniquement centrée sur ce que nous avons à lui transmettre oralement. Pourtant, nous semblons trouver tout à fait acceptable de discuter avec lui tout en lisant le journal ou encore en travaillant sur l’ordinateur :). S’ensuit alors souvent un étonnement du fait que la ligne de communication bidirectionnelle ait été rompue avec lui.

 

Mais qu’est-ce qu’une communication bidirectionnelle au juste ? 

C’est une communication qui peut s’effectuer dans les deux sens. Se référer à l’article « Comment écouter votre enfant s’exprimer ? » qui a été publié le 21 juin pour quelques exemples de cas concrets.

Les enfants sont naturellement et facilement distraits et ne répondent pas toujours à nos sollicitations. Il est de la responsabilité des parents notamment de souligner l’importance des modèles positifs et de s’assurer que l’enfant apprenne que l’ignorance de la communication n’est pas acceptable. La prévention précoce, sous la forme d’instruction quant aux formes appropriées de communication, est la clé pour s’assurer que la non communication ne devienne pas une mauvaise habitude. Il s’agit de rester complètement et totalement concentré sur eux et la conversation.
Cesser de lire le journal ou le travail à l’ordinateur par exemple et se rendre dans une pièce où il n’y a pas de distractions afin d’offrir les meilleures chances à l’enfant d’être vraiment écouté.

Parler à l’enfant et lui expliquer dans des termes appropriés pour son âge comment il communique et pourquoi sa méthode ne fonctionne pas. Montrer à l’enfant comment communiquer efficacement, même lorsque les questions sont difficiles.

Etre un auditeur actif

Laisser l’enfant exprimer ses opinions, ce qu’il a compris d’une histoire par exemple et poser des questions pour s’assurer la compréhension de son point de vue ou de ce qu’il a compris de l’histoire.

Constance

Etre constant dans la manière de communiquer avec lui en envoyant le même message au travers de chaque interaction. Lui permettre de voir que l’on va attirer notre attention sur lui quand son comportement indésirable resurgira.

Les enfants restent des enfants et ils seront parfois distraits et ne seront pas communicatifs. Vous êtes l’expert de la connaissance du comportement de votre enfant et vous pouvez juger de l’amélioration de leur capacité à communiquer et à mettre des mots sur ce qu’ils vivent. La meilleure façon d’assurer les modes de communication saines est de modéliser des compétences de communication bidirectionnelles en lui montrant le bon exemple. C’est-à-dire en l’écoutant plus attentivement et en ayant un contact visuel avec lui lors de l’interaction.

Comment écouter les enfants s’exprimer ?

La communication avec les enfants peut être une tâche difficile à certains moments. Le sentiment des adultes de ne pas être écouté des enfants et inversément, le sentiment des enfants de ne pas être écouté des adultes peut souvent se faire ressentir. C’est pourquoi, l’écoute et la communication sont essentielles pour créer un bon lien de confiance avec l’enfant. Ses sentiments, avis et opinions ont une valeur et ne pas l’écouter ouvertement et discuter honnêtement avec lui fera émerger des tensions entre les deux parties.

Nos jugements sont basés sur nos propres sentiments et expériences qui entraîneront des réactions différentes.

Prenons l’exemple suivant : Nicolas revient de l’école et il est en colère parce que sa camarade Julie n’a pas été sympa avec lui. Il est plein de ressentiments, l’adulte l’accueille et il peste…

L’écoute attentive que l’on nomme l’écoute active consiste à faire parler ouvertement , honnêtement l’enfant de ses sentiments et émotions et de les écouter vraiment (tristesse, déception, amertume, injustice etc). L’enfant va ainsi oser répondre à l’adulte sans crainte de représailles. En revanche, lorsqu’un adulte le critique de type « oh…. encore un problème ! », il envoie à l’enfant le message que ses sentiments et ses opinions ne sont pas valides. Pire, cela lui rajoute une couche émotionnelle supplémentaire alors qu’il ne sait pas gérer celle que Julie lui a provoqué et l’enfant s’énerve encore plus et a le sentiment de ne pas être compris.

Au contraire, en interrogeant le ressenti de l’enfant, cela ouvre un dialogue qui permet la discussion sur ses sentiments dans ce moment difficile et il permet de mieux comprendre d’où ils viennent.
Pour reprendre notre exemple de toute à l’heure :

Nicolas : – « Julie, cette c….. elle m’a traité…. »
L’adulte : « Tu es en colère contre Julie » (Nommer son émotion ; mettre des mots sur ce qu’il ressent décharge les tensions).
Nicolas : « Oui, elle me traite mais elle ne s’est pas regardée ! »
L’adulte : « Tu trouves cela injuste de sa part (Nommer son sentiment). Etc. pour la suite de la conversation.

Cette approche donne également la possibilité de trouver une solution ou un plan d’action avec l’enfant. L’enfant apprécie également le fait que l’adulte comprenne ses sentiments et cela aide à créer un bon lien de confiance avec lui.

Il est donc essentiel dans ces situations de donner à l’enfant toute l’attention. Par ailleurs, il est important d’établir un contact visuel avec lui afin de lui montrer également que vous l’écoutez et lui prêtez toute votre attention. Garder son calme et être curieux permet d’éviter de monter verbalement en symétrie avec l’enfant ou de casser le relation et aide pour proposer des pistes de solutions envisageables pour résoudre le conflit ou la difficulté rencontrée.
Toutefois, il ne s’agit pas de décourager l’enfant de se sentir en colère ou frustré. Le premier réflexe de l’adulte est souvent de diriger l’enfant loin de lui, mais cela peut être une tactique nuisible. Encore une fois, écouter l’enfant, lui poser des questions pour savoir pourquoi il se sent de cette façon, puis l’aider en lui offrant des solutions possibles pour atténuer la situation difficile qu’il traverse.

Si vous souhaitez approfondir davantage ce thème, je vous conseille un bon livre « Parents efficaces » du Docteur Thomas Gordon.